Le viol sacré dans l’Islam

Questo articolo è disponibile anche in: Anglais Italien

Selon la loi d’Allah le Miséricordieux, à chaque fois qu’un village ou une tribu étaient conquis au moyen du djihad (guerre sainte) après avoir opposé une résistance à Mahomet et son armée, les musulmans avaient l’autorisation de prendre les femmes et les enfants comme esclaves. Pour les femmes et les petites filles, ils avaient même la permission de commettre des violences sexuelles.

Le titre du chapitre 29 du livre 8 des hadiths du Sahih Muslim dit:

«Il est permis d’avoir des rapports sexuels avec une femme captive après qu’elle soit purifiée (après une période de menstruations ou un accouchement); dans le cas où elle a un mari, son mariage est abrogé après qu’elle soit devenue une captive.»

Immédiatement après le titre nous avons le hadith qui explique quand et pourquoi ce décret a été révélé:

Sahih Muslim Volume 2, Livre 8, 3432
«Lors de la bataille de Hanain, le messager d’Allah avait envoyé une armée à Autas, où il rencontra l’ennemi et se battit contre lui. Après les avoir vaincus et faits prisonniers, les compagnons du messager d’Allah semblaient se retenir d’avoir des relations sexuelles avec les femmes captives à cause de leurs maris polythéistes. Alors Allah, le Très Haut, fit descendre [un nouveau verset/Coran 4:24]: [Vous sont interdites] parmi les femmes, les dames (qui ont un mari), sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété. (elles leur étaient autorisées après que leur Idda (menstrues) était passée).»

Comme nous le voyons, et comme dans beaucoup d’autres occasions, Mahomet utilise des « révélations » pour son propre intérêt, et dans ce cas pour donner une prime à titre d’incitation aux membres de son armée (évacuer les instincts sexuels, même avec le viol), afin de les encourager à continuer à faire la guerre.

Voir aussi:

Sahih Muslim Volume 2, Livre 8, 3373:
Abu Sa’id al-Khoudri a rapporté:

Nous avions pris des femmes captives, et nous voulions pratiquer ‘azl (coït interruptus) avec elles. Nous avons alors demandé au messager d’Allah (que la paix soit sur lui), et il nous dit: « En vérité faites-le, en vérité faites-le, en vérité faites-le, parce que toutes les âmes qui doivent naître jusqu’au Jour du Jugement naîtront quand même.

Sunan Abu Dawud-B5N2150:
Abu Sa’id al-Khoudri a dit:

L’apôtre d’Allah (que la paix soit sur lui) a envoyé une expédition militaire à Awtas lors de la bataille de Hunain. Ils ont rencontré leur ennemi et se sont battus avec eux. Ils les ont vaincus et les ont emmenés prisonniers. Certains des compagnons de l’apôtre d’Allah (que la paix soit sur lui) étaient réticents à avoir des relations avec les femmes captives en présence de leurs maris qui étaient mécréants. Alors Allah, exalté soit-il, envoya le verset coranique: «Et vous interdit les femmes mariées, sauf les (esclaves) que votre main droite possède.» (Coran 4: 24)

Et encore:

Mouwatta B.29 N.95:

Je suis allé à la mosquée et j’ai vu Abou Saïd Al-Khoudri, donc je me suis assis avec lui et je lui ai demandé à propos du coitus interruptus. Abou Saïd Al Khoudri a dit: «Nous sommes sortis avec le Messager d’Allah, paix soit sur lui, pour l’expédition contre (la tribu) Banu al-Mustaliq. Nous avons pris quelques prisonniers arabes, et nous avons désiré les femmes car l’abstinence était dure pour nous. Nous voulions la rançon, ainsi nous voulions pratiquer le coitus interruptus. Nous nous sommes demandé: « Tant que le messager d’Allah est parmi nous, allons-nous pratiquer le coitus interruptus avant de lui demander? ». Donc, nous le lui avons demandé et il a dit « faites-le, car toutes les âmes qui doivent naître jusqu’au Jour du Jugement naîtront de toute façon.»

Comme nous l’avons vu dans les hadiths que nous avons mentionnés, le Coran lui-même fait référence aux femmes prisonnières qui étaient à la disposition de leurs maîtres, bien qu’à ce moment-là, elles étaient mariées:

Coran 4:24:
«Et vous sont interdit les femmes mariées, sauf celles (captives) que votre main droite possède.»

Les musulmans, s’ils voulaient, avaient le choix de libérer les femmes de l’esclavage et de les prendre comme épouses.

Previous Entries Le voile islamique, symbole de modestie ou… de harcèlement ? Next Entries La prophétie, qui s’est désormais avérée, d’Oriana Fallaci

Laisser un commentaire

*